Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/05/2016

Le secteur de la cigarette électronique dans une situation délicate ?

Ils sont nombreux, les sites de vente de cigarette électronique, a avoir vu le jour en France au cours des 5 dernières années. 2013 notamment avait affiché une croissance exceptionnelle, incitant de nombreux acteurs à se lancer dans la vente de cette alternative au tabac prometteuse. 3 ans plus tard, l'activité se veut plus mesurée...


Une Directive européenne à l'origine des inquiétudes

Comme tout marché, celui de la e-cigarette a connu sa phase de croissance et poursuit aujourd'hui son évolution dans une période dite "de maturité". Autrement dit, le secteur tend à stagner. Toutefois, d'ici quelques jours (officiellement le 20 mai), la Directive Européenne sur les produits du tabac doit s'appliquer au monde de la cigarette électronique, faisant grandir les inquiétudes des fabricants et des revendeurs.

En quoi consiste la DPT ?

La Directive des Produits du Tabac (ou TPD "Tobacco Product Directive") a été votée par la Commission Européenne en 2014. "Sur le principe, il s'agit d'encadrer un marché [celui de la cigarette électronique] qui a besoin de règles, certes, mais pas de contraintes" déclarait un responsable du site marchand NicoVIP.com

La DPT a en effet pour objectif (entre autres, puisqu'elle s'intéresse aussi aux cigarettes à tabac traditionnelles) de donner un cadre au marché de l'e-cigarette pour assurer la qualité des produits et in fine la sécurité des consommateurs. Le problème réside dans les mesures validées, qui risquent de faire plus de mal que de bien au marché.

Pourquoi est-elle une menace ?

Les Etats membres avaient jusqu'en mai 2016 pour appliquer la DPT, ce que la France s'apprête à faire. Nous passerons sur l'interdiction de la publicité pour les cigarettes électroniques, plus ou moins actée depuis un moment, pour s'intéresser aux obligations produits qui s'annoncent contraignantes :

  • des modèles de e-cigarettes avec un réservoir à e-liquide incassable et inviolable d'une contenance maximale de 2 ml ;
  • des flacons de e-liquides vendus avec une contenance maximale de 10 ml, et dont le niveau de nicotine ne pourra excéder 20 mg/ml ;
  • des cigarettes électroniques devant diffuser de manière constante de la nicotine ;
  • l'obligation pour les fabricants de déclarer chaque nouveau produit 6 mois avant sa mise sur le marché.

Le principal risque encouru est la fin de l'innovation sur le marché. Les contraintes de production et d'utilisation menacent le potentiel de développement de l'industrie qui, sans innovation, perdra ses clients et n'en attirera aucun nouveau. L'autre inquiétude concerne la capacité des produits actuels à répondre à ces exigences : on trouve bien des produits dits "TPD ready" censés répondre aux standardas, mais c'est en réalité très rarement le cas. "Très peu de produits sont aujourd'hui aux normes imposées par la Commission alors qu'ils fonctionnent parfaitement" poursuivait-on chez au sein de l'équipe du site http://nicovip.com/.

Sachant que, pour conclure, la DPT autorise chaque pays à interdire purement et simplement la vente de cigarettes électronique...

Un marché vraiment en difficulté ?

Définitivement, le marché de la cigarette électronique ne sera plus le même demain, mais il y a fort à parier que ses différents acteurs bénéficieront d'un délai pour se mettre aux normes. Le plus gros travail va être au niveau des fabricants, qui vont devoir revoir toutes leurs gammes. Quand aux revendeurs, ils risquent de se retrouver avec des stocks de produits invendables...

A n'en pas douter, la DPT va apporter son lot de bouleversements ! Mais il ne faudrait pas oublier que ce marché représente plusieurs milliers d'emplois en France, prendre le risque de le "sacrifier" est-il raisonnable ? Sans oublier l'impact sur la Santé Publique, car nombreux sont les fumeurs a avoir réussi à arrêter le tabac grâce à la cigarette électronique...

Les commentaires sont fermés.