Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/04/2016

Le petit monde des jeux en ligne

Parmi les nombreux sites e-commerce existant, il en existe une typologie bien particulière qui regroupe tous les jeux de hasard en ligne (paris, casino, poker, etc.). Il faut le savoir, on ne monte pas un site de poker en ligne comme on monte un site de prêt-à-porter : les démarches et exigences sont plus nombreuses et contraignantes !


Une licence obligatoire

Je le disais, créer un site de jeu n'a rien d'une sinécure. Pour y parvenir, il est obligatoire de posséder une licence qui, en France, s'obtient auprès de l'ARJEL - Autorité de Régulation des Jeux en Ligne.

C'est quoi l'ARJEL ?

L’ Autorité de Régulation des Jeux en Ligne est une autorité administrative indépendante (AAI) créée en 2010 - n° 2010-476 du 12 mai 2010 - pour doter la France d'une législation sur les jeux de hasard en ligne au moment où le secteur s'est ouvert à la concurrence.

Pourquoi une licence de jeu en ligne ?

Pour protéger les joueurs des fraudes et de l'addiction, c'est en tout cas ce que revendique l'ARJEL sur son site internet. L'objectif est en partie la lutte contre le blanchiment d'argent et donc le contrôle de la "sincérité" des acteurs du marché, qui a longtemps eu (et a encore) mauvaise presse.

Une législation pas homogène

Problème récurrent en Union Européenne et à l'international : les credo français ne sont pas forcément ceux en vigueur en Allemagne, à Gibraltar ou aux Etats-Unis. Et comme le web n'a lui pas de frontières, cela peut créer des problèmes et certains préfèrent souscrire une licence de casino en ligne ou de jeux de hasard dans un pays qui lui offre la meilleure solution.

Par exemple, les conditions d'obtention d'une licence de casino en ligne évoquées sur ce site ne sont pas les mêmes à Malte (valable 5 ans et non remboursable) qu'à Gibraltar où la législation y est très contraignante.

La mauvaise réputation des jeux et casinos en ligne

Si Gibraltar rend l'obtention d'une licence plus difficile, c'est en partie pour une question d'image puisque le secteur des jeux en ligne ne profite malheureusement pas d'une réputation dorée. L'activité reste associée à des pratiques malhonnêtes de blanchiment d'argent, d'arnaques et de fraudes fiscales. La création de l'ARJEL, entre autres, a pour but de limiter aux maximum contre ces dérives pour protéger les utilisateurs (utilisation de données, escroqueries,...) mais aussi nuire au banditisme. Attention toutefois à ne pas trop contraindre un marché au risque de gêner les acteurs qui eux n'ont rien à se reprocher !

16:49 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.